L’antijudaïsme, un fantasme vieux comme l’Occident

Pourquoi l’antijudaïsme a-t-il imprégné à ce point la culture occidentale ? Du Nouveau Testament à Goebbels en passant par Shakespeare, Luther et même Karl Marx, pourtant d’origine juive, les mêmes clichés sont reproduits. Imaginaire, la figure du Juif permet notamment de diaboliser l’adversaire, qu’on accuse de s’être « judaïsé ». Un mythe qui plonge ses racines jusque dans l’Égypte ancienne et dont le cadavre bouge encore.

En 1844 paraissait l’article de Karl Marx intitulé « Sur la question juive ». Ce texte ne traitait ni du judaïsme ni de l’histoire de ce peuple, ni même de la sociologie des Juifs allemands. Prenant prétexte du débat alors en cours sur l’émancipation des Juifs (1), il avait pour véritable objet d’appeler au renversement de l’ordre capitaliste. Le langage dans lequel cet appel était formulé ne surprendra sans doute pas le lecteur d’aujourd’hui, et il était assurément familier à celui du XIXe siècle. Il n’en est pas moins étrange. Le capitalisme est identifié au judaïsme, ce qui amène Marx à écrire que l’abolition du premier consistera à « émanciper l’humanité du judaïsme ». L’argument mérite d’être cité, ne serait-ce que brièvement : « Le Juif s’est émancipé d’une manière juive, non seulement en se rendant maître du marché financier, mais parce que, à travers lui et sans lui, l’argent est devenu une puissance mondiale, et l’esprit pratique juif, l’esprit pratique des peuples chrétiens. Les Juifs se sont émancipés dans la mesure même où les chrétiens sont ...
LE LIVRE
LE LIVRE

L’antijudaïsme : la tradition occidentale de David Nirenberg, Norton, 2013

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Aussi dans
ce numéro de Books