Voltaire contre Leibniz

Voltaire a brillamment ridiculisé l’optimisme religieux du grand savant et philosophe Leibniz, mort en 1716. En dénonçant par ailleurs l’absolutisme, l’intolérance et certaines sauvageries de son temps, le philosophe témoignait d’un optimisme plus réfléchi.

« Les nez ont été faits pour porter des lunettes »

Pangloss enseignait la métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie. Il prouvait admirablement qu’il n’y a point d’effet sans cause, et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux, et madame la meilleure des baronnes possibles.
« Il est démontré, disait-il, que les choses ne peuvent être autrement : car tout étant fait pour une fin, tout est nécessairement pour la meilleure fin. Remarquez bien que les nez ont été faits pour porter des lunettes, aussi avons-nous des lunettes. Les jambes sont visiblement instituées pour être chaussées, et nous avons des chausses. Les pierres ont été formées pour être taillées et pour en faire des châteaux, aussi monseigneur a un très beau château : le plus grand baron de la province doit être le mieux logé ; et les cochons étant faits pour être mangés, nous mangeons du porc toute l’année. Par conséquent, ceux qui ont avancé que tout est ...

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Peut-on raison garder ?
Dossier Changement climatique : pas de panique !
Dossier Quelques idées fausses sur l’innovation

Aussi dans
ce numéro de Books