À la découverte de Sakhaline

Un roman aux intonations nostalgiques revient sur la conquête par la Russie des territoires extrême-orientaux au XIXe siècle.

En 1848, le deux-mâts Baïkal quitte la forteresse de Kronstadt avec un équipage de 50 hommes, sous le commandement du jeune officier Guennadi Nevelskoï. Mission officielle : livrer une banale cargaison de marchandises aux avant-postes de l’empire tsariste en Extrême-Orient. Mission officieuse : étudier la navigabilité de l’embouchure du fleuve Amour et explorer la région de l’île Sakhaline (représentée comme une péninsule sur les cartes de l’époque). L’expédition est hautement stratégique, car elle doit permettre à terme de dynamiser la colonisation de la Sibérie, repoussant toujours plus à l’est les frontières de l’empire. Dans La Rose des vents, Andreï Guelassimov restitue la première année de ce périple épique et périlleux, avec en toile de fond la rivalité coloniale entre la Grande-Bretagne et la Russie en Asie.

Ce roman historique est une « curiosité » dans le paysage ­littéraire russe, estime Galina Iouzefovitch sur le portail Meduza. « Ample et empreint d’un certain conservatisme, tout en étant écrit dans un style ...

LE LIVRE
LE LIVRE

La Rose des vents de Andreï Guelassimov, Éditions des Syrtes

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Trouver sa place
En librairie Cette autre Arabie
En librairie Aux côtés de la mourante

Aussi dans
ce numéro de Books