« Éolien: une belle illusion », un numéro spécial de Books à ne pas manquer ! Découvrez son sommaire.

Apprivoiser le mayaroo


Tel le joueur de flûte de Hammelin, les peuples Diéri et Yantruwanta entonnaient un air au ton grave pour faire sortir les rats de leurs terriers. Et une fois les animaux à découvert, ils les tuaient un à un avec un gourdin avant de les manger. Ces aborigènes d’Australie chassaient une espèce endémique, le mayaroo. Les occidentaux l’ont baptisé rattus villosissimus ou rat à longs poils pour sa ressemblance avec son cousin européen même si lui n’a pas besoin de l’homme pour se nourrir ou se loger. Le rongeur australien « traverse l’histoire du pays, tel une figure fière, indépendante, duveteuse » et, selon l’universitaire Tim Bonyhady, « quelque peu magique », note le journaliste Naaman Zhou dans The Guardian.

Invasion de rats

Dans The Enchantment of the Long-Haired Rat, « flot d’anecdotes sur l’époque où les rats déferlaient en une masse terrifiante » selon Mark Thomas de The Canberra Times, Bonyhady fait le lien entre les explosions périodiques de leur population et les inondations causées par le phénomène climatique La Niña. Les colons du XIXe siècle décrivent de véritables invasions : les rats s’infiltrant dans les citernes et les puits, détruisant les jardins, effaçant les pistes en terre, dévorant les réserves de nourriture, les objets en cuir, les manches en bois des outils. En 1880, les habitants du village de Winton affirment que même les cheveux des dormeurs ne sont pas à l’abri.

Le dédain du colon pour le marayoo

« Aujourd’hui, des invasions surviennent encore   ̶ la plus récente date de 2011 – mais, selon Bonyhady, elles n’ont rien de comparable avec celles du XIXe siècle», souligne le critique Andrew Fuhrmann dans l’hebdomadaire The Saturday Paper.

S’il traque la moindre mention du rat dans les écrits des colons, Bonyhady s’intéresse aussi à la place que le marayoo tient dans le régime alimentaire, le langage, la géographie et même la cosmologie aborigène. « Le rat est un symbole du dédain du colon pour l’Australie, l’emploi même du mot « rat » en est la preuve », remarque Zhou.

À lire aussi dans Books : Ces jolis écureuils roux bien de chez nous, novembre-décembre 2017.

LE LIVRE
LE LIVRE

The Enchantment of the Long-haired Rat : A Rodent History of Australia de Tim Bonyhady, Text Publishing, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Le pays où l'argent tombe du ciel
Périscope Punir et exécuter
Périscope Éloge de l’oisiveté

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.