« Éolien: une belle illusion », un numéro spécial de Books à ne pas manquer ! Découvrez son sommaire.

La masculinité toxique


© Patrice Terraz / Divergence

La socialisation des garçons banalise trop souvent la violence et les comportements agressifs. Ici en 2014, dans un lycée professionnel des Pyrénées-Orientales.

Les six articles de ce dossier peuvent se lire dans l’ordre dans lequel nous les publions, dans l’ordre inverse ou encore dans le désordre. En revanche, mieux vaut tous les lire pour se faire une idée de la complexité du sujet abordé. Si la testostérone est l’hormone qui masculinise le fœtus, elle agit en service commandé et n’est pas le propre du masculin. Elle n’est pas responsable des comportements agressifs ni de l’appétit sexuel mais peut amplifier une pulsion existante. Elle intervient dans certaines performances sportives mais pas dans toutes, et le lien n’est pas clairement établi. On ne saurait lui imputer les dérives toxiques de la masculinité, mais le chromosome Y, qui en détermine la production chez le mâle, ne saurait être exonéré.

 

Si l’on entend s’attaquer en profondeur aux causes de la « masculinité toxique », il serait vain de ne considérer que les déter­minants culturels – pour autant qu’on puisse les identifier. L’un des para­doxes de la situation actuelle est que la masculinité toxique est vilipendée alors même que la place du mâle dans nos sociétés est fragilisée, provoquant des réactions violentes chez ceux qui le ressentent avec le plus d’acuité.

 

Dans ce dossier :

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Pourquoi les experts se trompent si souvent ?
Dossier Décider : la méconnaissance du risque
Dossier L’art de bien décider

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.