Aux États-Unis, BHL intéresse et agace

Ce retour aux origines du flamboyant philosophe français reçoit, à quelques exceptions près, un accueil chaleureux outre-Atlantique.

 

Pas une seule fois, dans les 300 pages de L’Esprit du judaïsme, Bernard-­Henri Lévy n’évoque le Nouveau ­Testament. Dommage, car il y aurait trouvé cette consolation : « Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison » (Matthieu 13, 25). Lors de sa ­parution en France, son livre n’a en effet guère été accueilli que par le silence ou les brocards. Mais aux États-Unis, où le livre est paru début 2017, il a suscité un réel intérêt. Kirkus Review a salué « une célébration philosophique du judaïsme qui s’égare parfois mais finit toujours par trouver l’espoir et la lumière ». Forbes y a vu un « tour de force » (en français dans le texte). Il faut dire que l’éditeur américain, Random House, n’a pas lésiné sur la promotion. Et que le titre anglais, The Genius of Judaism (« Le génie du judaïsme »), est propre à appâter l’important lectorat juif local. Une référence hardie à Chateaubriand et à son Génie du christianisme. En France, BHL n’avait pas osé. ...
LE LIVRE
LE LIVRE

L’Esprit du judaïsme de Bernard-Henri Lévy, Grasset, 2016

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies Houellebecq au sommet
Francophilies Jacques a dit
Francophilies Une liberté incandescente

Aussi dans
ce numéro de Books