Capitalisme à la française

Au XVIIIe siècle, la France a expérimenté, en dépit de ses structures encore largement archaïques, des formes révolutionnaires de capitalisme.

Longtemps, la Révolution française a été considérée comme l’un des événements les plus importants, si ce n’est le plus important, de l’histoire humaine. C’était une sorte d’épiphanie, révélant non seulement au peuple français mais à ceux du monde entier les voies de l’avenir. Cela a duré grosso modo « un siècle et demi », note David A. Bell dans la London Review of Books. Aujourd’hui, après l’effondrement de l’URSS et les échecs relatifs aussi bien du Printemps arabe que des révolutions « de couleur » (orange en Ukraine, des roses en Géorgie…), le moins que l’on puisse dire, c’est que la foi dans la capacité des révolutions à vraiment changer les choses a pris du plomb dans l’aile. Bell, historien spécialiste de la France des XVIIIe et XIXe siècles, reconnaît que, désormais, « s’il y a une révolution qui enthousiasme [s]es étudiants de premier cycle, ce n’est pas la française, c’est l’haï...

LE LIVRE
LE LIVRE

Capitalism and the Emergence of Civic Equality in Eighteenth-Century France de William H. Sewell Jr., The University of Chicago Press, 2021

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies Plus dure sera la chute
Francophilies Baudelaire superstar
Francophilies Profondeur de la surface

Aussi dans
ce numéro de Books