Chronique d’un désastre annoncé

Un roman d’anticipation imagine le pire dans l’Égypte de 2020, pour mettre en garde les forces politiques d’aujourd’hui.

« Dans ce livre, Ezzedine Choukri Fisher ouvre la porte de l’enfer. Pourvu que l’Égypte prenne un autre chemin que celui qu’il trace ! » s’exclame le journaliste Salah Fadhel dans le quotidien cairote Al-Masry al-youm. L’ouvrage de ce professeur de sciences politiques, ancien diplomate, est d’abord un tour de force littéraire, un feuilleton quotidien écrit pendant soixante-huit jours pour le journal Tahrir au printemps 2012, et republié à l’automne. C’est, selon Fisher, la chronique d’une Égypte post-Moubarak rédigée « dans l’urgence et la crainte que la réalité finisse par confisquer la fiction ». Un texte où l’auteur réveille tous les démons qu’il soupçonnait endormis sur les bords du Nil.

« Aujourd’hui, 20 octobre 2020. Lorsque, dans deux jours, cette lettre te parviendra, je serai soit un cadavre, soit en prison. Ils te diront que ton père est mort en détention&...

LE LIVRE
LE LIVRE

La porte de sortie de Chronique d’un désastre annoncé, Dar al-Shourouq

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers De la tendresse dans un monde de brutes
Bestsellers Un virus nommé bêtise
Bestsellers Dans les coulisses de la révolution russe

Aussi dans
ce numéro de Books