Ci-gît La Mecque

Une nouvelle histoire de la ville sainte dénonce la destruction de son cœur historique par les autorités saoudiennes.

 

Ce n’est pas le moindre des exploits accomplis par la dynastie des Saoud. En un demi-siècle, les maîtres de la péninsule Arabique ont réussi à détruire la ville la plus sainte de l’islam. Et ils l’ont fait en toute impunité. Alors que le dynamitage de Palmyre par l’État islamique provoque un tollé partout dans le monde, la vieille ville de La Mecque et ses trésors architecturaux ont pu être réduits en poussière sans que personne ne s’en émeuve. Dans le dernier chapitre de son Histoire de La Mecque, Ziauddin Sardar raconte comment, au nom du wahhabisme, les Saoud ont éradiqué le riche passé d’une ville dont ils étaient censés être les gardiens. « Des sites d’une valeur historique inestimable, comme la mosquée de Bilal, qui remonte à l’époque du Prophète, ont été rasés, rappelle Justin Marozzi dans le Spectator. La maison de l’épouse adorée de Mahomet, Khadidja, a été remplacée par des toilettes publiques. Culminant à 601 mètres au-dessus de la Mosquée sacrée, mélange profane de Big Ben et de Las Vegas, ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Histoire de La Mecque de Ziauddin Sardar, Payot, 2015

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books