Les démons de Zakhar Prilepine

L’un des auteurs russes les plus en vue combat depuis l’été 2016 au côté des séparatistes de l’est de l’Ukraine. Il a même le grade de commandant, et il s’en explique.


© Nicolas Donetti / Hans Lucas

« Être uniquement un écrivain me semble passablement ennuyeux. » Le romancier russe Zakhar Prilepine commande depuis 2016 une unité spéciale à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

«On ne sait trop que faire avec Prilepine, dans quelle catégorie le classer. En Russie, on n’a pas vraiment de précédent dans ce domaine », écrivait en 2007 le journaliste et critique littéraire Dmitri Bykov en introduction à l’édition russe du Péché (traduit en français en 2009 aux Éditions des Syrtes). Ce recueil de nouvelles et de poèmes ne faisait que confirmer l’impression laissée par ses précédents livres, Pathologies (Éditions des Syrtes, 2007) et San’kia (Actes Sud, 2009) : le jeune Zakhar Prilepine, ancien membre des Omon, les forces spéciales du ministère de l’Intérieur, était un véritable ovni sur la scène littéraire russe. Autant par son style à la fois sensible et percutant – Emmanuel Carrère le compare à un Philippe Djian « qui aurait connu la guerre » – que par sa dégaine de commando, crâne rasé et ­regard perçant, surgi du fin fond de la gloubinka, cette Russie des profondeurs, provinciale et rude, si loin des fastes de Moscou et Saint-­Pétersbourg. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. L’enfant terrible des lettres russes, ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Ceux du Donbass. Chroniques d’une guerre en cours de Zakhar Prilepine, Éditions des Syrtes, 2018

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Crime sans châtiment
En librairie Éducation ultra-concurrentielle
En librairie La mer matrice

Aussi dans
ce numéro de Books