Dystopie pakistanaise

Comment conserver son huma­nité quand le danger est partout ? En d’autres termes, comment vivre au Pakistan ? Cinquième roman de l’écrivain pakistanais anglophone Nadeem Aslam, Le Sang et le Pardon décrit un monde « qui semble une version ­déformée du nôtre », selon The New York Times. L’État de droit n’y est qu’un lointain souvenir et l’ordre social s’est dété­rioré : dans une ville imaginaire, « dystopie très proche de la ­réalité », des fanatiques religieux contrôlent les quartiers, des drones américains tuent des civils. Sur les lieux d’un attentat islamiste, Massud, architecte, est abattu par un soldat américain. Sa veuve, Nargis, harcelée, elle, par un officier de l’US Army, trouve refuge sur une île, havre précaire et miraculeux. Elle y ­emmène sa fille adoptive, une journaliste chrétienne et à ce titre doublement persécutée par les islamistes. Aslam valo­rise « l’héritage intellectuel tolérant et multiethnique » de son pays et « s’intéresse aux minorités », note le quotidien pakistanais anglophone Dawn. Quoique d’un « romantisme enchanteur », sa fiction ­« reflète ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le Sang et le Pardon de Nadeem Aslam, Seuil, 2018

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books