Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Il était une fois l’écriture

Philip Hensher est un nostalgique assumé. Son livre The Missing Ink – qui rassemble une trentaine d’essais vifs, entre le savant et l’anecdotique – se présente comme une déclaration d’amour à un art en voie de disparition : l’écriture manuscrite. De l’histoire des stylos à celle des méthodes d’apprentissage, en passant par des réflexions sur la graphologie ou l’usage des scènes d’écriture dans les romans de Dickens, l’écrivain anglais semble avoir collecté tout ce qui, de p

rès ou de loin, touche à son sujet. Avec « un dilettantisme élégant » (le Telegraph), Hensher entremêle ces éléments à ses propres souvenirs d’« écrivant », depuis ses premières boucles d’écolier jusqu’à ce jour funeste de 2008 où l’une de ses étudiantes en cours de « creative writing » lui déclara ne pas être en mesure de tenir un carnet d’observations, parce qu’écrire au stylo « fait vraiment mal ». L’humanité perdrait beaucoup en plaisir (sensuel et intellectuel), mais aussi en capacités créatives et cognitives, si elle en venait à ne plus écrire du tout, dit en substance Hensher. Et ce jour pourrait venir plus vite qu’on ne croit : déjà, « un nombre considérable d’écoles en Grande-Bretagne et aux États-Unis ont cessé d’enseigner l’écriture à leurs élèves, arguant du fait que tous ont accès à des ordinateurs », souligne la Literary Review.

LE LIVRE
LE LIVRE

L’encre manquante, Faber & Faber

SUR LE MÊME THÈME

Périscopes Donner corps à la faim
Périscopes Les esclaves oubliés d’Indonésie
Périscopes Tout le savoir de la forêt

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.