L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

La malice du suaire

Et si la résurrection du Christ était une illusion d’optique ?

Thomas de Wesselow ne doute pas de l’authenticité du fameux suaire de Turin, ce drap de lin censé avoir servi de linceul au Christ, et qui n’en finit pas de susciter perplexité et controverses chez les croyants comme chez les savants (voir Books, n° 25, p. 45). Dans l’ouvrage qui paraît ces jours-ci en français, il propose une théorie qui, outre-Manche, est venue ajouter la polémique à la controverse. Selon cet historien de l&

rsquo;art, le suaire serait en effet à l’origine de l’une des méprises les plus lourdes de conséquences de tous les temps : les disciples de Jésus auraient, à cause de lui, cru en la résurrection du Christ. « Épuisés, n’ayant pas l’habitude des portraits, ils se seraient imaginés en apercevant sur le suaire souillé de sang les traits de leur Seigneur défunt qu’il était de retour parmi les vivants », résume John Cornwell dans le Financial Times. De son côté, Peter Stanford du Telegraph note qu’en émettant cette hypothèse, l’agnostique Wesselow « se trouve dans une curieuse position, sa foi dans l’authenticité du suaire étant plus grande que celle de l’Église catholique elle-même ». Laquelle, rappelons-le, se refuse toujours à le reconnaître officiellement comme une relique.

LE LIVRE
LE LIVRE

Le Signe de Thomas de Wesselow, JC Lattès, 2012

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.