Books prolonge les fêtes ! Profitez de 10 euros de remise sur l’abonnement 11 numéros avec le code promo: BOOKS2020.

Les illusions du portrait

On oppose traditionnellement le visage au masque. Le premier serait l’image véri­table d’une personne, il en exprimerait l’essence. L’autre en serait la simple apparence, l’image trompeuse. Dans son dernier ouvrage, l’historien de l’art Hans Belting récuse cette distinction. « Sa thèse : il n’existe pas de frontière nette entre le visage et le masque », résume Ingo Abend dans le Tagesspiegel. Dans ses ouvrages précédents, Belting avait montré comment, à partir du XVe siècle, l’Occident, en inventant et développant l’art du portrait, avait suivi un chemin artistique qui le distinguait du reste du monde. Cette fois, en analysant toutes les formes qu’a pris la représentation du visage dans l’histoire de l’humanité, depuis les masques mortuaires du XIIe millénaire avant notre ère jusqu’à la photographie, au cinéma et aux images numériques, il minimise cette singularité. « Les portraits ne font que perfectionner les vieux masques mortuaires. Ils simulent une personne ­absente mais ne sauraient rendre compte de la richesse de sa ­réalité », explique Kia Vahland dans le Süddeutsche Zeitung. En somme, l’identité du portrait et de la personne peinte reste une fiction.

LE LIVRE
LE LIVRE

Face. Une histoire du visage de Hans Belting, Gallimard, 2017

SUR LE MÊME THÈME

En librairie La texture des jours
En librairie Ville tortueuse contre cité radieuse
En librairie Antigone à l’ère du terrorisme

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.