L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Maximes d’Autriche

Les aphorismes de Marie von Ebner-Eschenbach jouissent d’une immense popularité dans les pays germaniques.

«En septembre 1900, pour son 70e anniversaire, Marie von Ebner-­Eschenbach reçut une lettre de remerciements signée par 10 000 Viennoises. À l’ère d’Internet, où ce genre d’hommage serait pourtant bien plus simple à organiser, quel auteur digne de ce nom oserait ne serait-ce qu’en ­rêver ? » se ­demande le critique Karl-­Markus Gauss dans le Neue Zürcher Zeitung. Marie von Ebner-Eschenbach est pratiquement inconnue en France, où une poignée seulement de ses romans et nouvelles a été traduite. En Autriche même, on ne la lit plus guère. Les enfants s’y régalent encore de sa nouvelle animalière Krambambuli, qui fut adaptée plusieurs fois à l’écran, mais c’est à peu près tout. On oublie qu’« elle fut la première grande romancière d’une littérature qui, avant elle (et de son temps encore), comptait très peu de femmes. Première Autri­chienne à connaître vrai
ment la gloire littéraire […], elle fut par exemple la première femme à être faite docteur honoris causa de l’université de Vienne, en 1900 », nous apprend Jean-Yves Masson dans la postface de Tout un livre, toute une vie. Masson y propose la toute première traduction française du seul ouvrage d’Ebner-­Eschenbach qui, avec Krambambuli, continue à jouir d’une grande popula­rité dans les pays germaniques : un recueil d’aphorismes. Cette traduction est d’une ­pu­reté et d’une élégance telles qu’elle donne l’impression que ces aphorismes ont été rédigés en français. Mais est-ce un hasard ? Marie von Ebner-Eschenbach parlait couramment la langue de ­Molière, et elle s’est plus inspirée des grands moralistes français comme La Rochefoucauld ou Vauvenargues que des auteurs autrichiens, découvre-t-on dans la postface de Masson. Alors que les aphorismes à l’autrichienne, tels qu’ils furent pratiqués par Hugo von Hofmannsthal (voir Books no 72, janvier 2016), Karl Kraus ou Arthur Schnitzler, se rattachent à la tradition romantique du « fragment », assez délayé et pas nécessairement très percutant, les aphorismes d’inspiration française d’Ebner-Eschenbach « sont en réalité des maximes, marquées par la recherche d’une formulation frappante qui fixe l’éclair de la pensée », note ­Masson. Certains sont devenus si célèbres en Autriche qu’ils sont passés dans le langage courant ou se retrouvent sur des cartes postales ou des vêtements. Citons, par exemple : « Qui ne sait rien est forcé de tout croire », ou ­encore celui que Masson ­raconte avoir vu récemment sur la devanture d’une pharmacie : « On ne croit aux rhumatismes et au ­véritable amour qu’une fois qu’on en est atteint. »
LE LIVRE
LE LIVRE

Tout un livre, toute une vie de Marie von Ebner-Eschenbach, La Coopérative, 2018

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.