Maximes d’Autriche

Maximes d’Autriche

Les aphorismes de Marie von Ebner-Eschenbach jouissent d’une immense popularité dans les pays germaniques.

Publié dans le magazine Books, mars/avril 2018.
«En septembre 1900, pour son 70e anniversaire, Marie von Ebner-­Eschenbach reçut une lettre de remerciements signée par 10 000 Viennoises. À l’ère d’Internet, où ce genre d’hommage serait pourtant bien plus simple à organiser, quel auteur digne de ce nom oserait ne serait-ce qu’en ­rêver ? » se ­demande le critique Karl-­Markus Gauss dans le Neue Zürcher Zeitung. Marie von Ebner-Eschenbach est pratiquement inconnue en France, où une poignée seulement de ses romans et nouvelles a été traduite. En Autriche même, on ne la lit plus guère. Les enfants s’y régalent encore de sa nouvelle animalière Krambambuli, qui fut adaptée plusieurs fois à l’écran, mais c’est à peu près tout. On oublie qu’« elle fut la première grande romancière d’une littérature qui, avant elle (et de son temps encore), comptait très peu de femmes. Première Autri­chienne à connaître vraiment la gloire littéraire […], elle fut par exemple la première femme à être faite docteur honoris causa de l’université de Vienne, en 1900 », nous apprend Jean-Yves Masson dans la postface de Tout un livre, toute une vie. Masson y propose la toute première traduction française du seul ouvrage d’Ebner-­Eschenbach qui, avec Krambambuli, continue à jouir d’une grande popula­rité dans les pays germaniques : un recueil d’aphorismes. Cette traduction est d’une ­pu­reté et d’une élégance telles qu’elle donne l’impression que ces aphorismes ont été rédigés en français. Mais est-ce un hasard ? Marie von Ebner-Eschenbach parlait couramment la langue de ­Molière, et elle s’est plus inspirée des grands moralistes français comme La…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire