Meilleures ventes d’essais en Turquie – Lecteurs indignés d’Istambul

Entre les affaires de corruption et l’après-révolte de Gezi, l’actualité politique et sociale s'impose dans les librairies turques.

1 Suçlamalara karsi gerçekler (« La vérité face au mensonge »), d’Ilker Basbug, Kaynak
2 Allah de ötesini birak (« Dis Allah, laisse tomber l’au-delà »), d’Ugur Kosar, Destek
3 Bana Allah yeter (« Allah me suffit »), d’Ugur Kosar, Destek
4 Bir psikiyatristin gizli defteri (« Les confidences d’un psychiatre »), de Gary Small, NTV
5 Beraber yürüdük biz bu yıllarda (« Nous avons marché côte à côte ces années-là »), d’Yilmaz Özdil, NTV
6 Abluka (« Blocus »), de Mustafa Hos, Dogan
7 Soguk Kahve (« Café froid »), d’Ahmet Batman, Destek
8 Çarsi geliyooor (« Le Çarsi arriiive ! »), Collectif, Okuyan Us
9 Çocuklar insandir (« Les enfants sont des êtres humains »), d’Yachar Kemal, Yayinlari
10 Ne bir eksik, ne bir fazla (« Ni trop, ni pas assez »), de Mustafa Sarigül, Remzi

Radikal, le 1er février 2014.

Voilà des mois que bout le chaudron politique turc. Depuis décembre dernier, le gouvernement se débat, empêtré dans un gigantesque scandale politico-financier impliquant des dizaines d’élus et de hauts fonctionnaires proches du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Une affaire qui révèle surtout la profondeur du clivage qui divise le parti islamo-conservateur AKP, entre les partisans du Premier ministre et la puissante confrérie religieuse de Fethullah Gülen, qu’Erdogan accuse d’avoir infiltré la police et la justice. Or cette crise s’inscrit dans le contexte social à vif révélé par la révolte de Gezi : à l’été 2013, les Turcs sont descendus par milliers dans la rue pour dénoncer la dérive autoritaire d’Erdogan. La contestation a été étouffée à grand renfort de gaz lacrymogène et d’arrestations, mais pour combien de temps ? En attendant le dénouement de cette crise politique sans précédent, les Turcs doivent affronter un présent, a fortiori un avenir incertains. Leurs choix de lectures traduisent leurs interrogations et leurs indignations.

En tête des ventes, on trouve ainsi « La vérité face au mensonge » d’Ilker Basbug. Un plaidoyer écrit en prison par l’ancien chef d’état-major, condamné pour tentative de coup d’État. L’auteur y assure avoir été victime d’un complot et que les procès de militaires au cours de ces dernières années poursuivaient un seul but : décapiter l’armée.

Au 6e rang, « Blocus » dénonce les relations de connivence entre les médias turcs, propriété de grands capitaines d’industrie, et le gouvernement, et offre un nouvel éclairage sur la censure pendant les manifestations de Gezi : une chaîne d’information avait même diffusé un documentaire sur les pingouins au plus fort de la répression. La révolte de l’an dernier est également au cœur de l’ouvrage « Le Çarsi arriiive ! », dans lequel les célèbres supporters du club de football Besisktas Istanbul racontent leur mobilisation sur les barricades.

Dans cette atmosphère de tension larvée, le journaliste Yilmaz Özdil taille en pièces le bilan de l’AKP au pouvoir dans un ouvrage en cinquième position, « Nous avons marché côte à côte ces années-là ».

Seule échappe aux soubresauts de l’actualité, comme une valeur refuge au-dessus des coups bas politiques, la figure du grand écrivain Yachar Kemal. Son dernier livre est un recueil d’articles sur le travail des enfants publiés dans les années 1970. Mais, signe de la diversité du paysage idéologique, les lecteurs turcs cherchent aussi une issue dans la spiritualité. En deuxième et troisième position du palmarès, les ouvrages « Dis Allah, laisse tomber l’au-delà » et « Allah me suffit » puisent dans le soufisme pour expliquer que le bonheur est à portée de main, ici-bas, grâce à l’islam.

Laure Marchand est la correspondante en Turquie de plusieurs médias français.

 

 

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers De la tendresse dans un monde de brutes
Bestsellers Un virus nommé bêtise
Bestsellers Dans les coulisses de la révolution russe

Aussi dans
ce numéro de Books