Meilleures ventes en Égypte – Le charme du surnaturel

Meilleures ventes en Égypte – Le charme du surnaturel

Des jeunes auteurs en vogue aux meilleurs vulgarisateurs de la mystique soufie, les Égyptiens plébiscitent les ouvrages qui parlent d’amour… et de vampires.

Publié dans le magazine Books, janvier 2015.
  Si l’on en croit la liste des meilleures ventes de la librairie Fikra, située au cœur du flamboyant City Stars du Caire, l’un des plus grands centres commerciaux du Moyen-Orient, les lecteurs égyptiens de la classe supérieure plébiscitent les jeunes auteurs. Réimprimé trente fois, le troisième roman de l’écrivain à succès Mohamed Sadek est en tête des ventes depuis l’été 2014. L’auteur, aujourd’hui âgé de 27 ans, avait fait une entrée fracassante sur la scène littéraire en 2010 avec Taha Al-Gharib. Dans Hepta, le narrateur Osama Hafez, conseiller en développement personnel, expose au cours d’une longue conférence sa théorie sur les sept étapes de l’amour et ses désillusions, de la rencontre à la séparation. Quant à Ahmed Mourad, 35 ans, il collectionne les succès depuis Vertigo, paru en 2007 et traduit en plusieurs langues, dont le français. Dans « L’éléphant bleu », publié en 2012 et récemment adapté au cinéma, « il dissèque les mondes obscurs de la psychanalyse et des djinns », résume Al-Ahram Weekly. Un univers aux frontières du surnaturel que l’écrivain a délaissé pour la fiction historique dans son dernier ouvrage, 1919, récit de la première révolution égyptienne, lancée par Saad Zaghloul contre les Britanniques. Autre fait remarquable de cette liste, « la percée du fantastique et de la littérature d’épouvante sur la scène égyptienne ces derniers temps », comme l’affirme l’un des adeptes du genre, l’écrivain Mohamed Esmat, 26 ans, dans un entretien au journal Houryatna. Pour l’auteur du « Subjugué », quatrième de la liste, « la jeunesse égyptienne est fascinée par ce…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire