Proust : Dis-moi comment tu lis…

Presque tous les personnages de la Recherche ont un livre à la main. Et ce qu’ils lisent, et la façon dont ils lisent, en dit long à leur propos. Très long.

« Rares sont les écrivains qui n’aient pas été aussi de grands lecteurs », écrit Anka Muhlstein. Exact – mais aucun n’entremêle comme Proust la littérature, la lecture et la vie : « La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c’est la littérature (1). »

Bien sûr, c’est d’abord une affaire d’enfance : asthmatique, insomniaque, fils à maman, le petit Proust lisait comme un forcené. C’était presque son unique plaisir – un plaisir douloureux, qui lui tirait des flots de larmes ; un peu trouble aussi : le livre que lui lisait tendrement sa mère, n’était-ce pas l’incestueux François le Champi, où le héros finit par épouser la protectrice de son enfance ?

Non seulement Proust avait tout lu, et tout retenu selon ses amis, (c’était un virtuose de la citation), mais il a beaucoup théorisé ...

LE LIVRE
LE LIVRE

La bibliothèque de M. Proust de Anka Muhlstein, Other Press

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies Révolution flaubertienne
Francophilies Pompadour et Luxemburg
Francophilies Soft power à la française

Aussi dans
ce numéro de Books