Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Quand l’esprit soigne

L’influence de l’esprit sur le corps est négligée par la médecine conventionnelle et abandonnée aux charlatans. Une journaliste scientifique espère changer les choses.

 

Certaines idées, même géniales, même fécondes pour un temps, peuvent à la longue se révéler nocives : elles emprisonnent, empêchent d’appréhender des phénomènes qui, dans le cadre qu’elles proposent, demeurent inexplicables. La séparation cartésienne entre l’âme et le corps est l’une de ces idées. La médecine moderne rechigne encore à accorder à l’esprit une influence sur le corps. Pourtant, comme le remarque Michael Le Page dans New Scientist, ce lien existe : nous réagissons à chaque bruit suspect et, le cœur battant, nous regardons autour de nous pour vérifier qu’il n’y a pas de danger. « Et si vous voyez une scène érotique, cela a aussi un effet sensible immédiat ! » poursuit-il. Jo Marchant est elle-même une ancienne journaliste de New Scientist. Dans son dernier ouvrage, elle a entrepris d’examiner le lien entre esprit et santé. Un lien abandonné généralement aux pseudosciences, voire aux charlatans, mais qu’elle entend ramener dans le giron de la ­médecine conventionnelle. Elle explore notamment les ­secrets de l’effet placebo et arrive à une conclusion saisissante : le placebo peut rester efficace même quand le patient sait qu’il s’agit d’un placebo. Quand on croit qu’on vous a prescrit un vrai médicamen
t contre la douleur, on s’attend à ce que la douleur cesse et cela suffit à relâcher des endomorphines, ces antidouleurs émis naturellement par le corps. Mais comment un pla­cebo avalé en toute connaissance de cause peut-il rester efficace ? Parce que les conditions du traitement jouent un rôle décisif : le placebo vous a été prescrit par une personne en qui vous avez confiance ; il continue d’évoquer un médicament traditionnel par sa forme et sa fonction symbolique (cela reste une pilule, après tout !). Ces recherches néanmoins, reconnaît Marchant, en sont à leurs balbutiements. Et les financements manquent, car pourquoi les grands laboratoires pharmaceutiques investiraient-ils dans des traitements aussi économiques ? Marchant s’intéresse aussi aux effets du stress chronique et aux bienfaits de la méditation ou de l’hypnose. Pour tenter d’expliquer les guérisons mira­culeuses et observer au plus près la force de la foi, elle s’est rendue à Lourdes. Enfin, elle a expérimenté sur elle-même un certain nombre de ces méthodes qui permettent à l’esprit de combattre des douleurs parfois insupportables. Par exemple : la réalité virtuelle. Pendant la première partie de l’expérience, elle était assise, sans rien pour la distraire, les pieds plongés dans une eau brûlante. Elle ressentait une brûlure intense. Mais ensuite, munie d’un casque l’isolant du monde extérieur, elle a eu la possibilité de jouer à un jeu vidéo intitulé Snow Word : elle y survolait un canyon couvert de glace. Et la douleur avait disparu. « Le cerveau a une capacité limi­tée d’attention, explique-t-elle dans un entretien dans le magazine Scientific American. Donc si le canyon glacé concentre cette attention, la douleur est ­oubliée. » Cette technique a été développée pour aider les victimes de brûlures. « Même quand elles prennent la dose maximale d’antalgiques, ces patients souffrent toujours énormément », poursuit Marchant. Des tests ont montré qu’associer anti­douleurs et plongées dans Snow Word permettait d’augmenter le soulagement de l’ordre de 15 à 40 %. L’idée, dans ce cas, n’est donc pas nécessairement de remplacer le médicament, mais de le rendre plus efficace. Dernier atout de l’ouvrage de Jo Marchant : il est bien écrit. Comme le note Jennifer Senior dans le New York Times, « trop souvent, il faut choisir entre des auteurs qui comprennent la science mais ne savent pas écrire et des ­auteurs qui savent écrire mais ne comprennent pas la science. » Cette fois, pas de dilemme.
LE LIVRE
LE LIVRE

Se guérir de Jo Marchant, Flammarion, 2017

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.