Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Souvenirs, souvenirs

« Je me souviens » : après l’Américain Joe Brainard en 1970 et Georges Perec en 1978, Patrik Ourednik s’est à son tour essayé à ce jeu anaphorique pour dresser un catalogue de souvenirs, proche de l’autobiographie. Mais avec Année vingt-quatre, qui couvre vingt-quatre années de la vie d’un adolescent goguenard et rebelle dans la Tchécoslovaquie communiste (de 1965 à 1989), l’écrivain tchèque installé en France ­innove e
n inventant « une structure qui reflète son intérêt pour la création de systèmes soumis à des contraintes », ­explique le bohémiste américain Jonathan Bolton dans la revue Context : l’année 1965 est narrée en 24 souvenirs, 1964 en 23, et ­ainsi de suite. Plus on avance dans le temps, plus le rythme s’accélère. Par ailleurs, et comme à son habitude, Oured­nik met le travail sur la langue au centre de son œuvre. « Son objectif premier est de raviver l’époque par le lexique », ­explique le bimes­triel Listy. Avec un appétit particulier pour les plaisanteries de l’époque. Un exemple parmi d’autres : « Je me souviens d’une blague : “Que s’est-il ­passé en 1875 ? – Lénine a eu cinq ans !” » En définitive, « le texte d’Ourednik est plus drôle que celui de Perec, plus acerbe que celui de Brainard », écrit Jonathan Bolton.
LE LIVRE
LE LIVRE

Année vingt-quatre de Patrik Ourednik, Allia, 2018

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.