Sportifs en majesté

Sportifs en majesté

Le Tchèque Ota Pavel brosse une galerie de portraits d’athlètes qui sont autant de drames humains.

Publié dans le magazine Books, février 2019.
Les poissons et les athlètes. Voilà deux sujets qui passionnaient Ota Pavel (1930-1973), « maître absolu du journalisme sportif » et « l’un des écrivains tchèques les plus ­appréciés » dans son pays, selon le quotidien Dnes. Et auxquels il a consacré ses deux ouvrages ­traduits en français, Comment j’ai rencontré les poissons et, le dernier en date, À chacun sa part de gâteau. Si le premier fait partie de ses œuvres autobiographiques (Ota Pavel y raconte notamment avec nostalgie son enfance en Bohême), le second est à rapprocher de sa vie professionnelle : après être descendu à la mine puis avoir assisté son père en tant que représentant de commerce pour du papier tue-mouches, il devient journaliste sportif, encouragé par son ami, le grand écrivain tchèque ­Arnošt Lustig. Dans ses articles comme dans ses œuvres littéraires, Ota ­Pavel s’intéresse aux destins extra­ordinaires des athlètes qui ont marqué la Tchécoslovaquie de l’après-guerre et qu’il a ­côtoyés de près. Il y est question de grandeur, de ­déchéance, de souffrance,…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire