Traduction manquante – Les souvenirs d’un amnésique
par Yolaine Destremau

Traduction manquante – Les souvenirs d’un amnésique

Publié dans le magazine Books, avril 2013. Par Yolaine Destremau
Jonathan Cott est un journaliste new-yorkais qui a travaillé pour Rolling Stone, et l’auteur de nombreux livres, dont une biographie de l’écrivain Lafcadio Hearn, des entretiens avec Glenn Gould et Leonard Bernstein, des essais sur la poésie, et sa propre poésie. Mais avec On the Sea of Memory, traduit en japonais, en italien et en hébreu, mais pas en français, il aborde un sujet plus personnel et douloureux. En 1998, à la suite d’une grave dépression, il accepte de subir des traitements par électrochocs durant deux ans. « C’était comme donner des coups de pied dans une radio défectueuse », dit-il. Surtout, il perd la mémoire de quinze années de sa vie. Il ne lui reste presque aucun souvenir de ce qui s’est passé entre 1985 et 2000, tout a été effacé : les rencontres, les voyages, les livres lus… Il entreprend alors de rapiécer son existence, grâce à ses amis qui l’informent des événements politiques, culturels, et des progrès technologiques de l’époque. Il doit se réadapter à une réalité qu’il n’a jamais quittée. Le début du livre traite de cette reconquête. S’ensuit une série d’interviews, à travers lesquelles Cott essaie de comprendre les mécanismes de la mémoire. Il interroge un conteur africain, des scientifiques, un spécialiste d’Alzheimer, des religieux juifs, bouddhistes ou soufis, tous concernés par la transmission. Et l’auteur transforme son expérience intime en un témoignage bouleversant, universel, un cri de rage contre la médecine moderne, et une exploration minutieuse et documentée du cerveau. À défaut de déterrer ses souvenirs, Cott…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire