Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Accusé Chaïm, levez-vous !

Entre fiction et réalité, le romancier polonais Andrzej Bart imagine le procès du très controversé chef du conseil juif du ghetto de Łódź.

Hannah Arendt, les sœurs de Kafka, des cousins de Freud, quelques lauréats du Nobel, deux laquais, un juge… Dans La Fabrique de papier tue-mouches, de l’écrivain polonais Andrzej Bart, tous ces personnages (réels ou imaginaires) sont réunis à l’occasion du procès (fictif) de Chaïm Rum­kowski (bien réel, lui). Placé par les nazis à la tête du Conseil juif du ghetto de Łódź durant la Seconde Guerre mondiale, mort à Auschwitz en 1944, « le roi Chaïm » ou « Chaïm le terrible » est connu pour son despotisme et sa méga­lomanie et pour avoir fait travailler les habitants du ghetto pour les ­besoins du Reich. Un personnage controversé, «auprès duquel un autre roi, Hérode, fait à peine figure de figurant», selon le procureur du roman. Ou un héros, comme «Moïse conduisant les Juifs à travers la mer Rouge», selon son avocat : « C’est grâce au cerveau génial du président que le ghetto de Łódź existait encore alors que tous les autres avaient été réduits en cendres. »

Pour le quotidien Gazeta Wybor­cza, le livre pose la question suivante : « Rumkowski était-il un ambitieux, ivre du pouvoir que lui avaient conféré les nazis, un lâche qui a envoyé sciemment ses coreligionnaires vers une mort certaine ? Ou peut-être, face à une terrible responsabi­lité, à un choix diabolique, était-il un personnage tragique qui a malgré tout essayé d’organiser le ghetto, pensant que l’asservissement offrait une faible perspective de survie qui valait toujours mieux que l’extermination ­immédiate ? »

Ce procès fantôme («ou peut-être s’agit-il du Jugement dernier ou du tribunal de l’histoire?» s’interroge Gazet­a Wyborcza) se tient à Łódź, dans une demeure délabrée et labyrinthique. Ici, le passé se confond avec le présent. Surtout, la frontière «entre délire et réalité» est brouillée, selon l’hebdomadaire Polityka. Si bien que le narrateur lui-même, un écrivain contemporain mandaté pour assister au procès, cède à la confusion : est-il malade ? fou ? Est-ce un mirage, un rêve, un jeu de rôle ?

Cet univers mouvant, « chargé d’une bonne dose d’auto-ironie, rappelle celui de Kafka », estime le site Culture.pl, pour qui « Bart a à nouveau atteint les sommets de l’art littéraire ». La critique de Polityka apprécie la profusion de références, l’intertextua­lité caractéristique des romans d’Andrzej Bart : « La Fabrique de papier tue-mouches, qui s’inscrit parfaitement dans un travail d’écriture novateur sur la Shoah, confirme que Bart est l’un des meilleurs écrivains actuels. »

LE LIVRE
LE LIVRE

La Fabrique de papier tue-mouches de Andrzej Bart, Noir sur Blanc, 2019

SUR LE MÊME THÈME

En librairie La texture des jours
En librairie Ville tortueuse contre cité radieuse
En librairie Antigone à l’ère du terrorisme

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.