La guerre après la guerre
par Jean-Louis de Montesquiou

La guerre après la guerre

Transferts massifs de populations, massacres, nettoyages ethniques : l’après-Seconde Guerre mondiale n’eut rien d’un lendemain radieux.

Publié dans le magazine Books, avril 2019. Par Jean-Louis de Montesquiou

© Roger-Viollet

Berlin, 1945. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, « l'anarchie est descendue sur l'Europe », écrit l'historien Keith Lowe.

Après la guerre, souvent c’est encore la guerre – la même ou presque. La Seconde Guerre mondiale a été longue et atroce, et ses lendemains immédiats ne furent pas la période de liesse et de prospérité qu’on imagine parfois. En 1945, l’Europe est une immense fourmilière dans laquelle on a donné un énorme coup de pied. Les transferts de population bouleversent tout le continent, et ce sont les Germaniques qui en souffrent le plus. « Le nombre d’Allemands expulsés entre 1945 et 1949 défie l’imagination. Plus de 7 millions d’entre eux ont été déplacés, la plupart depuis les terres à l’est de la ligne Oder-Neisse intégrées à la nouvelle Pologne », écrit Keith Lowe dans un ouvrage dont la parution au Royaume-Uni, en 2017, avait été chaleureusement accueillie par la critique.   L’antisémitisme s’est accentué après la guerre Beaucoup d’autres pays se sont livrés, eux aussi, à une « orgie d’expulsions, pour aboutir à des paysages “ethniquement purifiés” et une Europe infiniment moins multiculturelle que celle d’avant guerre », note Jonathan Yardley dans The Washington Post. « C’était le dernier acte de la guerre raciale déclenchée par Hitler, continuée par Staline et complétée par les autorités polo­naises », résume brutalement Dominic Sandbrook dans The Sunday Times. On a encore vu des pogroms en 1946 en Hongrie et en Pologne. « L’antisémitisme s’est en fait accentué après la guerre, et l’Europe en 1948 sera encore plus Judenfrei qu’elle ne l’était sous Hitler », ajoute Jonathan Yardley. À en…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire