La Chine entre goût du risque et peur du vide

La Chine est devenue la locomotive de l’économie planétaire. Pourtant, que sait-on réellement de sa population ? Un essayiste américain est allé à sa rencontre. Dans un livre d’investigation, il dépeint une société vorace, casse-cou et individualiste, mais aussi minée par un inquiétant vide spirituel.

À la fin des années 1990 circulait à Pékin une blague sur la différence entre une Chine pleine d’allant et une Amérique frileuse. À Palo Alto, une jeune femme sort dîner avec un entrepreneur chinois. En la ramenant chez elle, il accélère à une intersection au moment où le feu passe au rouge. Quand ils arrivent à destination, elle ne l’invite pas à entrer. De toute évidence, il n’est pas fiable, lui dit-elle. Il a failli la tuer à ce carrefour. À Pékin, l’entrepreneur obtient un rendez-vous avec une autre jeune femme et, quand il la ramène chez elle, il ralentit au feu orange. Sur le pas de sa porte, elle aussi l’éconduit. Pourquoi s’est-il arrêté ? Clairement, il ne sait pas saisir les opportunités quand elles se présentent. Dire que la Chine s’est transformée au cours des dernières décennies est un euphémisme. L’ancien « homme malade de l’Asie » peut se vanter d’être devenu la seconde économie du monde et d’entretenir plus d’échanges avec davantage de pays qu’aucune autre nation. Il y a vingt-cinq ans, en 1989 – quand des millions de Chinois ré...
LE LIVRE
LE LIVRE

Chine. L’Âge des ambitions de Evan Osnos, Albin Michel, 2015

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books