La passion des favelas

Un photographe s’immerge dans les bidonvilles de Rio pour en ramener un portrait intimiste qui échappe au misérabilisme comme à l’angélisme en mettant l’accent sur les trois cultes que célèbrent chaque jour les habitants de ces quartiers : le foot, le corps et Jésus.

Il suffit parfois de changer de focale pour voir autrement les sujets les plus éculés. Le regard, ici, est celui du jeune photographe belge Frederik Buyckx. Le sujet, les favelas de Rio en cours de pacification [lire Books n° 51, février 2014 "Meurtières favelas du Brésil"], où le reporter a vécu en immersion pendant plusieurs mois. Le résultat est un portrait intimiste de ces quartiers, saisis au ras d’un quotidien où la pauvreté, la violence et la drogue ne sont présentes qu’en arrière-plan. Car ce qui crève les yeux, sur les images de Frederik Buyckx, c’est la place qu’occupent dans l’existence des plus pauvres les cultes du foot, du corps et de Jésus. Le résultat est un pied de nez au misérabilisme de bon ton. Dans les photos de Frederik Buyckx, les déshérités plastronnent, jouent au foot comme des dieux, exhibent des coupes de cheveux d’une sophistication inouïe, jouent, s’aiment et, oui, aussi, rêvent d’un avenir meilleur. « Sur les terrains des favelas, raconte le ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Jésus, look et football de La passion des favelas, Lanoo

SUR LE MÊME THÈME

Portfolio Ces prunelles pâles qui me contemplent fixement
Portfolio Les deux sœurs
Portfolio Le week-end des « filles manquées »

Aussi dans
ce numéro de Books