La peur du même

D’où naît la violence ? De la confrontation avec une altérité qui nous semble irréductible, serions-nous tentés de dire, du choc de cultures irréconciliables. Pas du tout, rétorque l’historien Russel Jacoby. Dans son nouvel ouvrage, ce disciple de René Girard soutient que les conflits naissent bien plus facilement au sein de communautés homogènes. Ce que nous redoutons, ce n’est pas la différence, mais ce qui nous ressemble trop. La Première Guerre mondiale ? Une guerre civile européenne. L’Holocauste ? « Non pas l’apogée d’un antisémitisme millénaire, mais plutôt la réaction à une assimilation trop bien réussie », résume Gabriel Boylan, du Globe and Mail. Interviewé par ce même journal, Jacoby cite aussi la Somalie, « l’un des pays africains les plus homogènes et pourtant l’un des plus déchirés ». Quant à l’islamisme, « il peut être compris comme une réaction de peur face au pouvoir assimilateur de la globalisation ».
LE LIVRE
LE LIVRE

Les ressorts de la violence de Russell Jacoby, Belfond, 2014

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books