Le crépuscule des nains

Avec un roman retraçant le destin d’une naine au service (y compris sexuel) des rois de Prusse, Thomas Hettche offre une réflexion magistrale sur la beauté, et sur la place que notre fureur technicienne avide de tout calibrer fait aux « monstres ».

Mille raisons peuvent rendre impossible l’amour entre deux jeunes gens qui ont grandi ensemble et dont les sentiments sont réciproques. Dans son dernier roman, l’Allemand Thomas Hettche dresse sur leur route un obstacle à la fois terriblement prosaïque et irréel : la jeune fille est naine. Marie aime Gustav qui l’aime aussi, mais ne peut rester avec elle, parce qu’elle ne mesurera jamais plus de 125 cm, parce que, comme le rapporte Hubert Winkels dans le Zeit, « sa petite taille, ses jambes tordues, son nez camus, son gros postérieur, son front bombé la transforment peu à peu en une étrangère, en une créature d’un autre monde, qui ne peut plus être intégrée dans l’existence d’un homme qui se veut raisonnable et souhaite réussir, ni dans une époque devenant elle-même de plus en plus rationnelle ».

Cette Marie, c’est Maria Dorothea Strakon, un personnage historique, dont on ne sait pratiquement rien. Hettche en fait ...

LE LIVRE
LE LIVRE

L’île aux Paons de Le crépuscule des nains, Kiepenheuer & Witsch

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Un tournant introspectif
Bestsellers Un roman monstre
Bestsellers Aux origines de la violence

Aussi dans
ce numéro de Books