Le poème total

Le poème total

À 85 ans, une immense figure de la poésie espagnole livre son testament littéraire. Aux limites du langage.

Publié dans le magazine Books, novembre 2012.
« Je n’écrirai plus rien », déclarait, depuis sa maison madrilène, José Manuel Caballero Bonald, dans un entretien accordé au quotidien El País à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage. « Après ça, je ne vais rien écrire. Je n’en ai plus la nécessité », confiait, à 85 ans, cette immense figure de la poésie espagnole du XXe siècle. Le « ça » de « après ça », c’est Entreguerras. O De la naturaleza de las cosas (« Entre-deux-guerres. Ou De la nature des choses »), un livre-poème qui se classe parmi les meilleures ventes de sa catégorie depuis des mois, et dont le sous-titre se veut un hommage, aussi explicite qu’ambitieux, à Lucrèce et son De rerum natura. Le poète latin, qui incarna la sagesse épicurienne et « osa nier l’existence des dieux pour mieux fonder la solidarité humaine sur un sain égoïsme », avait construit son édifice philosophico-littéraire sur plus…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire