Le roman du Brexit

Quand la politique divise les familles et sépare les couples, le romancier britannique Jonathan Coe capte les petits et grands séismes qui secouent ses compatriotes. Éclairant.

Avec Le Cœur de l’An­gleterre, troisième volet d’un cycle romanesque entamé avec Bienvenue au club (2001) et poursuivi par Le Cercle fermé (2004), Jonathan Coe est « le premier auteur à aborder la crise d’identité nationale que nous traversons », estime Alex Preston dans l’hebdomadaire britannique The Observer. Pour saisir un pays déchiré par le Brexit, le romancier adopte en effet la forme littéraire « la plus appropriée », note le critique, à savoir celle d’une vaste fresque, comme une introspection collective, dont les critiques outre-Manche apprécient autant l’humour (britannique) que la « mélancolie ». L’action se déroule à partir de 2010, année marquée par la formation d’un gouvernement de coalition entre conservateurs et libéraux-démocrates. Coe revisite les émeutes communautaires de 2011, qui avaient opposé, dans les quartiers défavorisés, des jeunes issus de mino­rités ethniques aux forces de l’ordre. Il évoque ensuite le bref et intense moment de communion nationale qu’ont suscité les jeux Olympiques de Londres en 2012, puis le séisme du référendum sur le Brexit en 2016, et enfin le chaos qui s’ensuit. Auparavant, ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le Cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe, Gallimard, 2019

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L’étrangeté au quotidien
En librairie Trois souvenirs de sa jeunesse
En librairie Un peuple malmené

Aussi dans
ce numéro de Books