Quelle liberté après la guerre ?

« Un bon musulman traite d’une victoire nationale qui n’a pas le goût d’une victoire, d’une libération qui a signifié la damnation pour beaucoup », estime la romancière Bidisha dans The Observer à propos du dernier ouvrage de Tahmima Anam, second volet d’une trilogie commencée avec Une vie de choix (Éditions des Deux Terres, 2009). « Mais, précise le Telegraph, on peut l’apprécier pour lui-même si l’on a en tête les grandes lignes de la guerre d’indépendance du Bangladesh. »

« Un bon musulman traite d’une victoire nationale qui n’a pas le goût d’une victoire, d’une libération qui a signifié la damnation pour beaucoup », estime la romancière Bidisha dans The Observer à propos du dernier ouvrage de Tahmima Anam, second volet d’une trilogie commencée avec Une vie de choix (Éditions des Deux Terres, 2009). « Mais, précise le Telegraph, on peut l’apprécier pour lui-même si l’on a en tête les grandes lignes de la guerre d’indépendance du Bangladesh. »

Le roman met en scène un frère et une sœur qui, après avoir été très proches, « se sont radicalisés, chacun d’une façon différente, pris dans des intérêts bien plus grands qu’eux », note Bidisha. Maya est devenue médecin et aide les femmes à accoucher, après avoir aidé à avorter pendant la guerre celles qui avaient été violées par des soldats pakistanais. Sohail a, lui, embrassé un islam très conservateur et sa sœur ne le comprend plus. « Elle se rendra compte trop tard, explique Arifa Akbar dans The Independent, que ce fondamentalisme est le fruit de sa propre culpabilité pour les crimes commis durant la guerre. »

LE LIVRE
LE LIVRE

Un bon musulman, Actes sud

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books