« Éolien: une belle illusion », un numéro spécial de Books à ne pas manquer ! Découvrez son sommaire.

Ralentissez la mode !

« Mes amis me disent que j’ai assez de vêtements pour ouvrir un magasin », a confié une Américaine de 23 ans à la journaliste Elizabeth L. Cline. À l’époque, la jeune femme envisageait l’achat d’une petite veste, alors qu’elle en possédait déjà… une quinzaine. Son cas est symptomatique, selon Cline, de la fièvre qui s’est emparée de millions d’Occidentaux de la classe moyenne – les Américains achètent en moyenne soixante-quatre vêtements par personne et par an – avec l’apparition d’enseignes comme Zara et H&M. Avec leurs prix cassés et leurs collections sans cesse renouvelées, elles ont « incité les consommateurs à considérer les vêtements comme des biens jetables », constate Julian Sancton dans Businessweek. Le gâchis est tel que même les œuvres de charité ne suffisent plus à absorber l’excédent. Cline s’est rendue dans un entrepôt de l’Armée du Salut à Brooklyn, qui reçoit chaque semaine un surplus de trente-six tonnes de vêtements, dont une partie sera recyclée, une autre vendue à des grossistes en friperie, le reste venant alimenter par containers entiers le marché de l’occasion dans les pays pauvres (en Afrique essentiellement). La journaliste – une « ancienne droguée du shopping », de son propre aveu – se préoccupe de l’impact économique, mais aussi environnemental de la mode « low cost » : pour produire à bas prix, les fabricants utilisent « des quantités massives de produits chimiques nocifs », précise Sancton. Face à cette dérive, elle plaide pour le modèle de la « slow fashion », inspiré du mouvement du « slow food », qui consiste à privilégier la production locale et les matières naturelles… Voilà qui paraît un peu naïf à Sancton : « La futilité est une constante, et les gens ne passeront à la consommation durable que le jour où ils n’auront plus le choix », estime-t-il. Juste avant d’ajouter : « Ce jour pourrait venir plus vite qu’on ne croit. La Chine, qui produit 41 % des vêtements importés aux États-Unis, verra inévitablement augmenter le coût de sa main-d’œuvre à mesure de son développement. » 

LE LIVRE
LE LIVRE

Sur-habillés de Ralentissez la mode !, Penguin

SUR LE MÊME THÈME

Périscopes Donner corps à la faim
Périscopes Les esclaves oubliés d’Indonésie
Périscopes Tout le savoir de la forêt

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.