Retrouvé – Un Laurence Pernoud de la Renaissance

Les brunes pas trop grosses entre 22 et 40 ans seraient les meilleures nourrices. C'est le genre d'informations que l'on trouve dans The Birth of Mankind (« La Naissance de l'humanité »), un ouvrage longtemps introuvable que l'universitaire britannique Elaine Hobby vient de rééditer. Petite précision : il a été écrit par un médecin anglais à la Renaissance...

Si le mot obstétrique n’apparaît qu’au XIXe siècle, la science moderne de l’accouchement est née trois siècles plus tôt. Revisitant les préceptes de l’Antiquité, se passionnant pour l’étude de l’anatomie féminine, plusieurs médecins publient à la Renaissance des manuels pratiques à l’usage des femmes enceintes et des matrones. The Birth of Mankind (« La naissance de l’humanité »), de l’Anglais Thomas Reynalde – ouvrage introuvable tout juste réédité par l’universitaire britannique Elaine Hobby –, en est un exemple typique.


Éminent médecin, Reynalde (parfois orthographié Raynalde) est ainsi l’un des premiers (après Lucrèce) à s’opposer à la doctrine issue d’Aristote qui n’accorde à la matrice féminine qu’un rôle passif de réceptacle dans la fécondation. Les « pierres » (les ovaires) produisent, selon lui, une semence distillée du sang lors de l’acte sexuel, qui se conjugue à celle de l’homme. L’enfant doit donc remercier sa mère, plus que son père, d’être au monde, affirme-t-il dès l’introduction.


Reynalde, qui dit écrire « pour l’amour ...

LE LIVRE
LE LIVRE

La naissance de l’humanité. Ou le livre des femmes de Retrouvé – Un Laurence Pernoud de la Renaissance, Ashgate

SUR LE MÊME THÈME

Jadis & naguère Louis-Sébastien Mercier, prophète maudit
Jadis & naguère Splendeurs et misères du grand âge
Jadis & naguère La Bible sacrilège de Léo Taxil

Aussi dans
ce numéro de Books