Dossier
Temps de lecture 5 min

Les hominidés, une famille recomposée

L’histoire longue de notre espèce ressemble moins à un arbre au tronc unique qu’à un buisson aux ramifications complexes, regroupant de nombreuses espèces diversement apparentées. Si l’étude des fossiles nous aide à mieux nous y orienter, il reste bien des zones d’ombre. Quand le langage et la pensée symbolique ont-ils émergé ? Comment se sont déroulés les 30 000 ans de cohabitation entre Homo sapiens et Neandertal ?


Australopithecus africanus, Collection du Transvaal Museum
Si, comme l’a affirmé le poète Alexander Pope, le meilleur sujet d’étude, pour l’humanité, est l’homme (1), alors il n’est pas de questions plus importantes que celles relatives à nos ancêtres. Or Ian Tattersall met à profit les dernières découvertes scientifiques pour éclairer le problème de nos origines, présentant les éléments fossiles et les conjectures anthropologiques en un récit convaincant et bien argumenté. Nous ignorons toujours précisément comment notre espèce est apparue, mais nous connaissons plusieurs vérités extraordinaires sur notre passé. Nous savons que notre espèce est originaire d’Afrique et que notre histoire fut ensuite celle d’une dispersion. Nous savons qu’Homo sapiens est le seul survivant de toute une famille d’hominidés bipèdes étroitement apparentés : celui qui a eu de la chance, ou, plus vraisemblablement, le plus brutal. Il fut un temps où les fossiles des premiers humains auraient pu, disait-on, tenir dans une malle ; aujourd’hui, il nous faudrait un camion de déménagement pour contenir tous les crânes, dents et autres tibias retrouvés. Une fosse de la Sierra d’Atapuerca, en ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Maîtres de la planète de Les hominidés, une famille recomposée, Palgrave Macmillan

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Aussi dans
ce numéro de Books