L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

2013, l’odyssée du totalitarisme chinois

Vision orwellienne de l’empire du Milieu, un roman d’anticipation fait sensation. Publié il y a quelques mois à Hong Kong et à Taiwan, il est vendu clandestinement sur le continent où il est interdit. Les intellectuels chinois y sont sévèrement critiqués. L’auteur dénonce leur démission collective : n’ont-ils pas troqué leur désir de liberté contre le bien-être matériel ?

«Nous sommes en 2013. La Chine est plus riche et plus forte que jamais, tandis que le reste du monde est toujours sous le coup de la violente crise économique qui l’a frappé un an plus tôt. Starbucks a été racheté par Wang & Wang Group. Le pouvoir autoritaire du Parti communiste, souvent impitoyable, ne rencontre aucune opposition sérieuse, et le régime se félicite de n’avoir pas suivi la voie occidentale. Le capitalisme aux caractéristiques chinoises a le vent en poupe et les étrangers qui fustigeaient le pays pour son comportement en matière de droits de l’homme ont désormais peur de l’offenser. Quant aux Chinois, profitant de cette prospérité sans précédent, ils ne pourraient être plus heureux. » Tel est, résumé par Paul Mooney dans le quotidien hongkongais South China Morning Post, l’avenir de la Chine selon Shengshi Zhongguo 2013, de l’écrivain de Hong Kong Chen Guanzhong (Chan Koon-chung en transcription cantonaise). « L’expression chinoise shengshi, qui donne son titre au roman, poursuit Paul Mooney, désigne une période faste et prospère, l’âge d’or connu à deux reprises sous les dynasties Han et Tang. Mais c’est aussi un terme qui apparaît de plus en plus souvent dans la presse aujourd’hui, pour décrire la
Chine contemporaine. » Le livre, publié il y a quelques mois à Hong Kong et à Taiwan, vendu clandestinement sur le continent où il est interdit, fait beaucoup de bruit dans le milieu intellectuel, en raison de « sa critique virulente du nombre croissant de personnes, en Chine et dans le monde, qui adhèrent sans condition au récit du miracle économique et ne s’intéressent qu’au profit qu’ils peuvent en tirer », commente pour sa part Venkatesan Vembu dans les colonnes du quotidien de Bombay, Daily News & Analysis. Shengshi Zhongguo 2013 raconte la vie d’un écrivain taiwanais, Lao Chen, qui vit à Pékin depuis plusieurs années et partage avec la majorité de la population une satisfaction béate envers le régime. Jusqu’à ce qu’il tombe sur deux vieux amis, Fang Caodi et Xiao Xi, « les deux seuls mécontents qu’il ait croisés depuis longtemps », commente Paul Mooney dans le South China Morning Post. Fang est le fils d’un transfuge du Parti communiste de la première heure. Xiao, elle, est une ancienne militante du mouvement démocratique de juin 1989, déçue d’avoir vu ses amis intellectuels troquer leurs idéaux pour l’aisance matérielle. Tous trois kidnappent un important responsable du Parti communiste et, par la grâce d’un sérum de vérité, lui arrachent une confession sur la manière dont le gouvernement a utilisé les troubles sociaux qui avaient suivi la crise pour raffermir son pouvoir, réduire à néant l’opposition et prendre le contrôle des esprits de la population, en injectant dans les canalisations une drogue euphorisante, qui avait en outre totalement fait oublier les événements aux citoyens. Ce roman, que de nombreux commentateurs ont comparé au 1984 d’Orwell, est le reflet des frustrations et des désillusions de ces intellectuels qui avaient espéré que les réformes économiques radicales entreprises par le régime entraîneraient dans leur sillage des réformes politiques. « Les années 1980 avaient éveillé l’espoir de voir émerger une démocratie constitutionnelle, explique Chen Guanzhong à Paul Mooney. Mais il est aujourd’hui évident que ce n’est pas la voie suivie par le pays. Un type de gouvernance spécifiquement chinois s’est mis en place, qui semble communément accepté. » Un « nouveau modèle politique » que l’auteur qualifie de « gouvernement autoritaire avec un large soutien populaire. La plupart de ceux qui critiquaient jadis le système en font maintenant partie. Les quelques contestataires sont de plus en plus marginalisés ».
LE LIVRE
LE LIVRE

2013, l’âge d’or de la Chine de Les meilleures ventes en Italie – Les polars au sommet, Oxford University Press China

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Cauchemar bucolique
Bestsellers Le printemps malgré tout
Bestsellers Les meilleures ventes en Italie - Les polars au sommet

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.