Dormir  : l’énigme du sommeil
par Books

Dormir  : l’énigme du sommeil

Écrit par Books publié le 18 octobre 2018

© Artothek / La Collection

Le Sommeil, de Salvador Dalí (1937). « J’ai souvent représenté le monstre du sommeil comme une lourde tête géante avec un corps filiforme soutenu en équilibre par les béquilles de la réalité. »

À en croire les chercheurs d’aujourd’hui, le sommeil n’intéresse la science que depuis une génération. Ce n’est pas tout à fait exact, si l’on en juge par les expériences réalisées avant la Première Guerre mondiale par le Français Henri Piéron. Il avait été précédé à la fin du XIXe siècle par Marie de Manacéine, une médecin russe tombée dans l’oubli.
Quoi qu’il en soit, cette discipline, animée désormais par toute une communauté, a beaucoup progressé. De multiples travaux démontrent les vertus du sommeil : il contribue à effacer les souvenirs inutiles et à renforcer les autres ; il préserve le système immunitaire ; il favorise la production de certaines hormones ; il dope nos facultés d’apprentissage et nos performances cognitives ; il sert à éliminer des déchets du cerveau. Le manque de sommeil est préjudiciable à la sécurité et à la santé, notamment celle des ­enfants. Ce qui ouvre une voie royale à l’industrie ­pharmaceutique et aux vendeurs de gadgets.
Jusque-là, tous les chercheurs sont d’accord. Les divergences portent essen­tiellement sur trois questions. Comment expliquer le sommeil au ­regard de la théorie de l’évolution ? Quel est le rôle respectif du sommeil profond et du sommeil paradoxal ? La société industrielle puis postindustrielle exerce-t-elle une pression insupportable sur le sommeil ? Ce qui est sûr, c’est que le mal-­dormir est devenu un fait de ­société, une obses­sion collective contre laquelle les somnifères ne sont pas forcément le bon remède.

 

Dans ce dossier :

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire