Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Les meilleures ventes au Mexique – Le roman avant tout

Les lecteurs mexicains privilégient les auteurs latino-américains et cultivent leur patrimoine littéraire.

Doté de maisons d’édition florissantes et de librairies indépendantes en plein essor, le Mexique semble l’eldorado des écrivains. Ses auteurs sont prolixes et reconnus sur la scène internationale. Pourtant, les près de 130 millions de Mexicains lisent peu, et même de moins en moins. Selon une enquête annuelle, le pourcentage de lecteurs a diminué dans le pays : 42 % des personnes interrogées ont déclaré avoir lu au moins un livre au cours des douze mois écoulés, contre 50 % en 2015. Les lecteurs disent chercher d’abord à « se divertir ». Ou peut-être à rêver ? Comme le montrent les ventes de la librairie Gandhi, l’une des principales chaînes du pays, c’est la littérature qui se vend le mieux.

Bonne nouvelle, les jeunes ne boudent pas (toujours) les livres. Le grand succès de la rentrée 2019 est un roman pour la jeunesse, « Trois promesses », signé par la youtubeuse mexicaine Lesslie Polinesia. Cette jeune femme de 24 ans forme avec son frère et sa sœur un trio ­suivi sur leurs différentes chaînes YouTube par 45 millions d’ados hispanophones. Mais les jeunes plébiscitent aussi Le Livre sauvage (Bayard jeunesse, 2011), de Juan Villoro, voix reconnue des lettres mexicaines actuelles.

S’ils apprécient à l’occasion les traductions de classiques tels que Saint-Exupéry ou Kundera, les Mexicains privilégient des ­auteurs latino-américains telle la Chilienne Isabel Allende et lisent volontiers leur propre littérature, de Batailles dans le désert (La Différence), du grand écrivain José Emilio Pacheco, à « Mourir debout », biographie romancée d’Emiliano Zapata, le héros révo­lutionnaire national.

Et Juan Rulfo (1917-1986), le père des lettres mexicaines, reste indémodable. Son recueil de nouvelles Le Llano en flammes et son roman Pedro Páramo (parus l’un et l’autre dans les années 1950 puis traduits chez Gallimard) évoquent la vie rurale mexicaine du début du XXe siècle de façon à la fois critique et poétique. ­Pedro Páramo est empreint de ce réalisme magique qui a fait par la suite la renommée mondiale du Colombien Gabriel García Márquez. Rulfo n’enjolive pas : le Llano Grande, où se déroulent les nouvelles du recueil, est une région aride où « les mots grillent dans la bouche ». Quant au personnage de Pedro Páramo, le cacique local, il a semé la désolation autour de lui dans le village fantomatique de Comala. Quelles que soient les difficultés contemporaines – la violence induite par le narcotrafic, la fermeture de la frontière américaine –, on trouvera dans ces lectures peu d’incitation à la nostalgie.

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Initiation au Cachemire
Bestsellers Les meilleures ventes aux Pays-Bas - Entre mémoire et espoir
Bestsellers Grippe espagnole 2.0

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.