Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Le Voltaire du XVe siècle

Esprit original et hardi, le Français Jean Gerson a dominé la scène intellectuelle européenne à la fin du Moyen Âge et inventé le bestseller avant l’imprimerie.

Sauf quelques érudits et ceux qui sont passés par le lycée parisien éponyme, bien peu savent qui était Jean Gerson, voire en ont entendu parler. L’article de Wikipédia est affligeant. Il était pourtant « l’équivalent approximatif d’Érasme ou de Voltaire » au premier XVe siècle, écrit le médiéviste américain Robert E. Lerner dans le Times Literary Supplement. Auteur de bestsellers avant l’imprimerie, le chancelier de l’université de Paris avait l’art et la manière de faire connaître ses idées, sur les sujets les plus divers et
parfois les plus scabreux.

Un prêtre a-t-il le droit de donner la sainte communion après une pollution nocturne ? La réponse est oui, à condition qu’il ne se soit pas mis au lit avec de vilaines pensées. Il critiquait l’observance trop stricte des règles religieuses, invoquant ce passage des Proverbes : « Celui qui se mouche trop fort se fait saigner. » Il attaquait férocement le pédantisme des théologiens et dissertait en langage clair et vivant sur l’hérésie de Jan Hus, la conduite de Jeanne d’Arc ou la question de savoir si le Roman de la Rose était trop osé.

Mort en 1429 à Lyon, vingt-quatre ans avant la chute de Constantinople, il avait acquis une audience internationale grâce à plusieurs innovations de son cru. Il avait transformé l’ordre des Chartreux en usine à copier et recopier ses manuscrits, qu’il faisait regrouper en volumes (les « anthologies » de Gerson). Il est aussi l’un des inventeurs du tract, réaction rapide libérée des lourdeurs de la littérature scolastique, bon marché à produire car écrite sur du papier et non du parchemin.

S’il n’était pas un penseur de la profondeur d’un saint Thomas d’Aquin (un siècle plus tôt) ou d’un Érasme (un siècle plus tard), il fut incontestablement, écrit Robert E. Lerner, « le prince inégalé du monde de la pensée » de son temps. Fondé sur un « prodigieux travail de recherche », élégamment écrit, le livre de son collègue et compatriote Daniel Hobbins, est, selon lui, l’un des ouvrages les plus importants jamais publiés sur la vie des idées à la fin du Moyen Âge.

=> Découvrir gratuitement les articles Universalis et Britannica sur Jean Gerson

LE LIVRE
LE LIVRE

Les auteurs et la diffusion des idées avant l’imprimerie, Jean Gerson et la transformation du savoir à la fin du Moyen Âge de Le Voltaire du XVe siècle, University of Pennsylvania Press

SUR LE MÊME THÈME

Jadis & naguère Portrait du tyran en enfant malheureux
Jadis & naguère Le gai Paris d’Ernst Jünger
Jadis & naguère Éloge de la vie sauvage

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.