Francophilies

Simone de Beauvoir plus forte que Sartre

Pour les Anglo-Saxons, Simone de Beauvoir c’est deux grandes ­figures en une : la compagne de Jean-Paul Sartre au sein d’un couple formidablement stable et scandaleusement flexible ; et l’une des pionnières de la défense des droits des femmes au XXe siècle. Le problème, c’est que les deux images – celle de la proto­féministe et celle de « la…

Écrit par la rédaction de Books le 24 octobre 2019

Indophilie galopante

La guerre de Sept Ans, terminée en 1763, sonne le glas des ambitions françaises en Amérique du Nord mais aussi en Inde, ce qui frappe beaucoup les esprits et afflige Voltaire. Dans Fragments sur l’Inde, sur le général Lalli et sur le comte de Morangiès (1773), il reproche à Louis XV d’avoir fait décapiter Lally (ainsi…

Écrit par la rédaction de Books le 24 octobre 2019

Virginie Despentes, Zola rock’n’roll

Caissière de supermarché, employée du Minitel, critique de films porno et journaliste rock, en passant par la prostitution : le parcours de Virginie Despentes n’a rien de conventionnel. À 25 ans, elle publie son premier roman, le très sulfureux Baise-moi, qui trouvera un certain écho dans les milieux underground. Dans King Kong Théorie, un texte à…

Écrit par la rédaction de Books le 26 septembre 2019

Lacan, pater si peu familias

Jacques Lacan était un père épouvantable. C’est en tout cas ce qui ressort, et de façon irrécusable, du petit « puzzle » de souvenirs de sa fille Sybille, récemment traduit aux États-Unis. Récapitulons : elle a été conçue non pas hors mariage, mais dans un mariage terminé (« Je suis le fruit du désespoir, d’aucuns diront du désir, mais…

Écrit par la rédaction de Books le 26 septembre 2019

Les « gilets jaunes » sont-ils « le peuple » ?

Il n’y a pas qu’en France que les « gilets jaunes » déconcertent. « Même dans un pays où les manifestations sont un rituel de la vie publique, la violence et les invectives du mouvement a laissé le gouvernement abasourdi », constate dans The New York Review of Books le correspondant à Paris du Washington Post, James McAuley. Mais,…

Écrit par la rédaction de Books le 23 mai 2019

Napoléon, un homme (presque) ordinaire

Napoléon continue de fasciner ses anciennes victimes. La plupart des innombrables ouvrages qui lui sont consacrés sont écrits en anglais. Celui que les Britanniques surnommaient « Napsy », ou « Little Boney », est au Royaume-Uni l’objet d’un culte insolite, dont le palais londonien du duc de Wellington, son vainqueur à Waterloo, est peut-être le principal sanctuaire : Apsley House…

Écrit par la rédaction de Books le 25 avril 2019

Diderot, le plus incorrect des penseurs français

C'est de l’épicentre du politiquement correct – les États-Unis – qu’émane le dernier hommage au plus politiquement incorrect des écrivains français, Denis Diderot. Dans le cadre d’une biographie à la fois intellectuelle et physique, le professeur Andrew Curran prend plaisir à énumérer toutes les vaches sacrées qu’a sacrifiées sans pitié celui que ses contemporains appelaient…

Écrit par la rédaction de Books le 25 avril 2019

La Légion d’honneur de Houellebecq

Avec la publication de son nouveau livre, Sérotonine, Michel Houellebecq conforte sa réputation de prophète de malheur. En 2001, son roman Plateforme, qui s’achève sur un attentat islamiste dans une station balnéaire thaïlandaise, est paru quelques semaines avant les attentats du 11-Septembre. En 2015, la publication de Soumission, qui évoque l’arrivée au pouvoir d’un parti…

Écrit par Robert Zaretsky le 21 février 2019

Debussy le délicat

Debussy est la quintessence de la musique française. J’entends par là que les qualités essentielles de sa musique, non seulement sa délicatesse sensuelle mais aussi son aversion pour […] les paroxysmes orgiaques de la musique allemande de la fin du xixe siècle, comme chez Wagner et Strauss, sont aussi considérées aujour­d’hui comme des qualités essentiellement “françaises”. »…

Écrit par la rédaction de Books le 17 janvier 2019

Le zoo des surréalistes

Grâce au surréalisme, Paris était encore dans l’entre-deux-guerres l’épicentre incontesté des séismes culturels et artistiques du moment. La plupart des surréalistes – les plasticiens du moins – n’étaient pas français. Mais c’est bien à ­Paris qu’André Breton et consorts avaient remplacé le dadaïsme zurichois, officiellement décédé en septembre 1922, par un nouveau mouvement appelé « surréalisme » (un…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 17 janvier 2019