Le pillage de l’Empire moghol

Au XVIIe et XVIIIe siècles, le sous-continent indien ne fut pas conquis par la Couronne britannique mais par une entreprise commerciale militarisée, la Compagnie britannique des Indes orientales.

Plébiscité en Inde, le dernier ouvrage de l’historien britannique William Dalrymple suscite aussi un vif intérêt au Royaume-Uni et aux États-Unis. Et pour cause : The Anarchy traite d’un sujet essentiel de l’histoire globale, à savoir l’essor de l’East India Company, la Compagnie britannique des Indes orientales, aux XVIIe et XVIIIe siècles. « Le 28 août 1608, résume Jason Burke dans The Guardian, le capitaine ­William Hawkins, obscur navigateur britannique, jetait l’ancre à ­Surat, sur la côte occidentale du sous-continent indien. ­L’Inde comptait alors 150 millions d’habitants, soit un cinquième de la population mondiale. L’Empire moghol régnait sur l’essentiel de ce territoire […]. Cette impressionnante dynastie avait 4 millions de soldats sous ses ordres ; l’Inde était une grande puissance industrielle et le premier producteur mondial de textiles. » Mais deux siècles plus tard, poursuit le chroniqueur, « l’empereur moghol était devenu de facto un vassal », non pas de la Couronne britannique, mais d’« une entreprise privée commerciale, ayant son siège à Londres, la Compagnie britannique des ­Indes orientales ». Comment une entre­prise londonienne a-t-elle pu conquérir ...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Anarchy: The East India Company, Corporate Violence and the Pillage of an Empire de William Dalrymple, Bloomsbury, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Objet littéraire non identifié
Bestsellers Tu ne copieras point
Bestsellers Être visible

Aussi dans
ce numéro de Books