Jadis & naguère

Louis-Sébastien Mercier, prophète maudit

Connaissez-vous Louis-Sébastien Mercier ? Probablement pas. On ne peut pourtant reprocher à cet écrivain du XVIIIe siècle de n’avoir pas fait le maximum, littérairement parlant, pour que la postérité se souvienne de lui. En soixante-treize ans d’existence, il aura produit plus de 90 œuvres, dont une cinquantaine de pièces de théâtre. Il aura tâté de quasiment tout de…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 28 avril 2022

Splendeurs et misères du grand âge

La vieillesse n’a pas vraiment bonne presse. Mais puisque près de 20 % des Français ont plus de 65 ans, la question mérite d’être regardée bien en face et de près. Pas besoin d’aller pour autant enquêter dans les Ehpad : la lecture, certes éprouvante, du compendium de 600 pages de Simone de Beauvoir suffit. En 1970, soit vingt…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 24 février 2022

La Bible sacrilège de Léo Taxil

Enfant d’eunuque ? Pourquoi pas, si la Bible le dit 1… Et celle-ci raconte en effet l’histoire d’Aseneth, future femme de Joseph et par ailleurs fille de l’eunuque du pharaon, le richissime Putiphar. Peut-être y a-t-il des explications : l’enfant avait été adoptée, ou sa mère, qui avait l’esprit très large, s’était procuré un géniteur ailleurs, ou, comme…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 28 octobre 2021

Portrait du spleen en antidépresseur

Au XVIIe, le mal du siècle ne s’appelait pas encore « dépression ». On ne parlait alors que de « mélancolie », et celle-ci avait un chroniqueur attitré, l’essayiste anglais ­Robert Burton, qui avait consacré presque cinquante ans à l’anatomie de ce « mal anglais ». Or la somme qu’il a écrite sur ce sujet a priori pas bien gai constitue…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 26 août 2021

Les malheurs de Mary

Imaginez : le monde est ­ravagé par une pandémie – une « pestilence » – qui nettoie toute l’humanité, sauf Lionel Verney, « le dernier homme », étrangement immunisé. A-t-il gagné au change ? Apparemment non, puisqu’on le voit errer dans une Italie déserte, partagé entre idées suicidaires et vaines tentatives pour trouver un semblable, inscrivant des messages sur les murs…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 1 juillet 2021

Malin comme un animal marin

On peut éventuellement douter de l’intelligence des hommes ; de celle des animaux, non. Prenez l’éléphant, dit Plutarque que, comme tant de philosophes de l’Antiquité, l’éthologie fascinait.En Syrie, raconte-t-il, « un particulier en élevait un dont le gouverneur dérobait la moitié de la mesure d’orge qu’il recevait chaque jour pour la nourriture de cet animal. Le maître,…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 22 avril 2021

La conversion de Henry Edward Manning

La vie édifiante d’un dignitaire de l’Église catholique dans l’Angleterre de l’ère victorienne, sur fond d’affrontements doctrinaux et de manœuvres politiciennes : a priori pas de quoi s’enthousiasmer, encore moins s’esclaffer. Sauf si le texte sort de cette plume que ­Lytton Strachey trempe non pas dans l’eau bénite mais dans un acide des plus corrosifs. Impossible…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 21 avril 2021

Le fascisme, ça n’arrive qu’aux autres

« Ici », ce sont les États-Unis de 1936, et « cela », cette chose qui ne peut pas y ­arriver, c’est une dictature de type nazi. Vraiment ? Non, démontre Sinclair Lewis, qui a été en 1930 le premier auteur américain à recevoir le prix Nobel de littérature : « cela » peut arriver n’importe où, y compris à Washington, capitale…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 24 septembre 2020

Jules César prix Nobel

Jules César, on l’a un peu oublié, était un véritable surhomme. Si le prix ­Nobel avait existé au Ier siècle avant notre ère, il en aurait obtenu plus d’un, à commencer par celui de littérature. Le général romain écrivait beaucoup, et sa production propre (dont ne subsistent quasiment que les Commentaires sur la guerre des…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 27 août 2020

Vingt-neuf variétés de figuier

Jadis, les humains ne se préoccupaient pas de protéger la nature mais plutôt de se protéger, eux, de ses fléaux incessants. L’inversion du rapport de force est un phénomène plutôt récent, qu’on le fasse remonter aux irruptions européennes dans des écosystèmes jusqu’alors clos et saccagés illico ou aux premières pestilences crachées en 1712 par la…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 2 juillet 2020