Jadis & naguère

Vérités et mensonges de journaliste

Pris en tenaille entre « gilets jaunes » et fake news, le journaliste d’aujourd’hui est malmené. Il sait ce qui est exigé de lui : déceler la vérité, puis la dire. Mais une question subsidiaire demeure : jusqu’où peut-il aller pour arracher ladite vérité ? A-t-il le droit, légalement, moralement, humainement, de circonvenir son informateur, de le duper même ? Cette…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 21 mars 2019

Leçons d’hygiène d’un caféinomane

Tremble, Starbucks ! ­Voici Balzac qui part en guerre, sur ton territoire natal, contre le café, le thé et le cacao – et, accessoirement, l’eau-de-vie et le tabac. Vient en effet de paraître aux États-Unis la première traduction du Traité des excitants modernes, dont la vigoureuse dénonciation est saluée par Melanie Rehak dans le magazine Bookforum :…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 21 février 2019

Ces tyrans qui prennent la plume

Dictateur, un job à plein temps ? Pas forcément, à en juger par le nombre de despotes qui ont trouvé le temps de prendre la plume et de faire couler non seulement le sang mais des flots d’encre. Certaines de leurs œuvres ont même rivalisé avec les textes divins, du point de vue de leurs tirages…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 17 janvier 2019

La plus curieuse des religions

Le Moyen-Orient et l’Arabie, terre d’apparition de plusieurs religions « révélées » et monothéistes (judaïsme, christianisme, islam, zoroas­trisme), ont aussi vu s’épanouir quelques religions dites syncrétiques – celles qui s’inspirent à leur convenance des textes, croyances ou rituels de l’une ou l’autre des grandes concurrentes. Parmi ces doctrines « à la carte », la plus surprenante est sans doute…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 22 novembre 2018

Les athlètes de l’ascèse

Dans le désert égyptien, saint Pierre s'alimenta pendant cinquante ans de cinq figues par jour. Une fois par an, il s’octroyait un petit pain. Un record ? Même pas. Saint Paul de Thèbes, dans sa thébaïde, ne se contentait-il pas de cinq ­figues lui aussi, mais sans petit pain annuel ? Saint Arsène s’en tenait pour sa…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 18 octobre 2018

Les gouverneurs invisibles de l’opinion

La propagande, pouah ! Mais le mot n’a pas toujours dégagé une ­vilaine odeur, explique l’Américain Edward Bernays, premier grand théoricien des relations publiques. L’Église s’adonne depuis toujours à la propa­ganda fide, la « propagation de la foi » ; et Napoléon lui-même était un utilisateur enthousiaste et un virtuose des techniques de manipulation de l’information. Cependant, pendant la…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 6 septembre 2018

Alice B. a bon dos

On n’est jamais aussi bien servi(e) que par soi-même, a dû se dire Gertrude Stein en prenant la main sur l’autobiographie que sa compagne Alice B. Toklas était en train de rédiger. C’était une idée de Gertrude : « Pensez, mais pensez donc, quelle masse d’argent vous gagnerez. » Elle avait même suggéré des titres…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 5 avril 2018

À nos soldats qui débarquent en France

À l’heure où, dans les campagnes anglaises, le Brexit ravive les vieilles xénophobies, le manuel destiné aux soldats britanniques envoyés en France en juin 1944, un ­petit ouvrage anonyme (1), aussi peu militaire dans le fond que dans la forme, offre une lecture bien rafraîchissante. Le but du livret est d’enjoindre aux troupes de ne surtout…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 8 février 2018

Churchill contre les barbares

Le 2 septembre 1898, au confluent du Nil Blanc et du Nil Bleu, le corps expéditionnaire anglo-égyptien mené par sir Herbert Kitchener affronte les troupes soudanaises du « sauveur » des musulmans, le Mahdi, retranché dans la ville sainte d’Omdurman, en face de Khartoum. La bataille ne dure que quelques heures. « À 11 h…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 14 décembre 2017

Je rêve que je couche avec ma mère…

Rêver que l’on est mort et enterré : voilà une prémonition, a priori, peu séduisante. Eh bien non, explique un Syrien du IIe siècle, Artémidore de Daldis. Il écrivait en grec, traduit ici dans le français du XVIIe : « Songer être mort signifie noces, à celui qui est à marier car mort et ­mariage…

Écrit par Jean-Louis de Montesquiou le 26 octobre 2017